vendre en viager

En matière de vente et d’investissement immobilier, il existe beaucoup de termes pas forcément compréhensibles pour le commun des mortels. Entre le viager, la nue-propriété ou encore la vente à terme, il est parfois difficile de s’y retrouver. Dans ce cas, découvrez quelles sont les différences entre ces différents termes.

I – Libre ou occupé ?

Il existe deux types de ventes en viager : le viager libre qui consiste à vendre le bien totalement libre et le viager occupé qui permet au vendeur de continuer à vivre dans le logement, jusqu’à son décès. Dans le cadre d’un viager libre, le montant des rentes ne sera pas le même que pour un viager occupé puisque le bien n’est pas occupé. Il n’y a donc pas comme en viager occupé une décote liée au droit d’usage et d’habitation du vendeur.

II – Libre : vente à terme ou viager libre

Le viager libre et la vente à terme libre diffèrent par leurs modalités de paiement. La vente à terme libre est un paiement par mensualité limité dans le temps (5, 10, 15 ans par exemple). Les mensualités ne sont pas fiscalisées, c’est un découpage du prix du bien.

Le viager libre génère une rente qui sera un revenu à vie pour le vendeur. Cette rente est fiscalisable en fonction de l’âge du crédirentier qui n’aura pas le bénéfice du droit d’usage et d’habitation.

III – Occupé : viager occupé, vente à terme occupée et nue-propriété

Une vente en viager occupé permet au vendeur de continuer à vivre dans son logement tandis que l’acheteur verse une rente viagère mensuelle jusqu’au décès du vendeur.

La vente à terme occupée préserve le droit d’usage et d’habitation à vie du vendeur mais prévoit un versement de mensualités fonction de la valeur de l’habitation duquel on aura retiré le droit d’usage et d’habitation de la personne.

Enfin, en nue-propriété le bien immobilier est, en quelque sorte, partagé entre l’acquéreur (le nue-propriétaire) et le vendeur (l’usufruitier) qui va s’occuper entièrement du bien et peut même le mettre en location pendant une durée limitée. L’acquéreur ne perçoit pas les loyers, ne paie pas d’impôts non, ne s’occupe pas de la gestion du logement et n’a aucune charge sur le bien.

IV – Fiscalité des rentes ou mensualités

Les rentes viagères sont imposables, toutefois, le taux varie en fonction de l’âge du vendeur et il peut même bénéficier d’un abattement pouvant aller jusqu’à 70 % pour les personnes âgées de 70 ans ou plus.
Pour ce qui est des mensualités lors d’une vente à terme par exemple, contrairement aux rentes, elles ne sont pas imposables.

Découvrez tous nos conseils sur l’achat en Viager